J’ai eu la chance de voir la nouvelle adaptation de Simetierre de Stephen King en avant-première. Voici ma critique que je vais tâcher de faire sans spoiler, elle sera donc courte. Évidemment tout ce qui suit n’est que mon avis.

La question la plus importante pour une adaptation est de savoir si l’œuvre originale est respectée. Ici il ne s’agit pas d’un remake mais bien d’une nouvelle adaptation et je vous l’assure : Simetierre de Dennis Widmyer et Kevin Kolsch respecte le livre de Stephen King.

Évidemment il y a des changements, dont un qui n’a pas plu mais comme je l’expliquais ici : un film est une adaptation, pas une retranscription à l’écran de ce qui existe sur papier.

Simetierre 2019 respecte l’intention et les thèmes du roman de Stephen King malgré ses libertés : la première expérience de la mort, le deuil d’un enfant, et ce qu’on est capable de faire pour surmonter, ou pas, une si terrible épreuve. Comment faire le deuil de son enfant, comment surmonter ce traumatisme ? C’est ce que King creuse dans son livre et ce que le film respecte.

Un respect de l’oeuvre qui va plus loin que le film de Mary Lambert de 1989 puisque cette fois-ci, on y retrouve le Wendigo et sa mythologie qui sont bien présents chez King aussi. Simetierre 2019 arrive à nous surprendre avec une histoire que l’on connaît déjà par cœur et ça, c’est un vrai exploit.

Aussi, ce que l’on ressent à la lecture du roman est intacte. On tremble et on rit nerveusement autant que dans le livre de King sans abuser des jump scares.

Simetierre 2019 est profond et efficace. Aussi vicieux, glauque, sale, cynique et glaçant que l’est Stephen King dans ce qu’il considère son roman le plus affreux. Il ne trahit en rien les messages que l’auteur a voulu faire passer et y rend même hommage, semant ici et là des références très précises au livre.

Son ambiance calme et oppressante, à l’image du trailer final, ne vous laissera pas indemne.

Une mention spéciale pour le casting et surtout Jeté Laurence qui incarne la jeune Ellie Creed !

[SPOILERS] Deux dernières choses pour ceux qui ont vu le film. Soit à une des nombreuses avant-premières ou parce que vous lisez ceci après sa sortie (ne lisez pas si vous ne l’avez pas vu) : 1. je regrette qu’on n’ait pas exploité plus le lien paternel qui se crée entre Louis et Jud, mais je pense qu’on n’avait pas le temps. 2. Cette fin épique ne trahit pas le roman de King. Dans le livre de Stephen King la fin ne compte pas, c’est pour ça qu’elle est ouverte. Il ne raconte pas son histoire pour le dénouement mais pour explorer la noirceur de nos actes quand nous sommes désespérés. Cette fin ne change rien.

Rendez-vous dans vos cinémas dès le 10 avril 2019.

À propos de Simetierre

Attendu dans les salles obscures françaises le 10 avril 2019, Simetierre, de Dennis Widmyer et Kevin Kolsch est basé sur un scénario de Jeff Buhler. Il n’y aura qu’un seul film“Rated R”, qui est produit par Lorenzo di Bonaventura, Mark Vahradian et Steven Schneider, avec Alexandra Loewy en tant que productrice exécutive.Les premières photos de Simetierre

Le casting de Simetierre 2019 :

Synopsis : Le docteur Louis Creed (Jason Clarke), sa femme Rachel (Amy Seimetz) et leurs deux jeunes enfants quittent Boston pour s’installer dans une région rurale du Maine. Près de sa maison, le docteur découvre un mystérieux cimetière caché au fond des bois. Peu après, une tragédie s’abat sur lui. Creed sollicite alors l’aide d’un étrange voisin, Jud Crandall (John Lithgow). Sans le savoir, il vient de déclencher une série d’événements tragiques qui vont donner naissance à de redoutables forces maléfiques.

Simetierre de Stephen King avait déjà été porté à l’écran par Mary Lambert en 1989 qui prépare une version remasterisée. Ce nouveau film ne sera “pas un remake” de la première adaptation.

3 Commentaires

  1. Excellent avis, que je partage. Pour la partie spoil je me suis fait la même réflexion en ce qui concerne le lien entre Jud et Louis, mais comme Jud est introduit à la famille Creed de manière différente du livre, ça se tient. La fin je ne m’en remets toujours pas! Mais tu as raison, elle ne trahit en rien l’œuvre d’origine. Une réussite selon moi.

  2. Une vrai déception… mais prévisible malheureusement !
    Déjà, les différentes affiches du film sont hyper aseptisées quand on les compare avec l’originale de 1989 et le visage terrifiant de Pascow !
    Ensuite, King n’a pas participé à l’écriture du scénario (comme ce fut le cas en 1989) et n’a pas été du tout impliqué dans le processus de création de cette nouvelle adaptation. Etant réputé pour son caractère très affirmé, la production a sans doute voulu éviter toute prise de tête afin de faire le film comme il voulait. Grave erreur selon moi !
    Au final, peu d’angoisse, pas de réelle ambiance anxiogène, seuls quelques jumpscares faciles mais efficaces permettent de sortir de l’ennui.
    Ma plus grosse frustration concerne l’utilisation du personnage culte de Victor Pascow… expédié en de courtes séquences ! La scène notamment où il intervient la première nuit pour alerter le docteur Creed a été bâclée alors que sur le film original, elle était plus longue, plus intense… et puis comment oublier le maquillage et le terrifiant visage glaçant de Brad Greenquist… le pauvre Obssa Ahmed ne lui arrive pas à la cheville.
    Sur les quelques points positifs, on relèvera son casting convaincant et le magnifique décor du cimetière… mais qu’on se le dise, un budget confortable, une belle photographie, des jump scares et de gros effets sonores n’ont jamais fait de bons films si le réalisateur n’est pas à la hauteur !
    J’ai assisté à l’avant première parisienne et en observant le public, je n’ai pas senti de ferveur particulière, par contre j’ai observé des personnes qui baillaient !

Laisser un commentaire