Alors qu’il ne sortira que le 1er mai 2019, la nouvelle adaptation de Simetierre de Stephen King a déjà entamé une grosse promo en dévoilant récemment les premières photos officielles, mais surtout la première bande-annonce et par la même occasion les affiches. C’est dans le cadre de cette promo que Bloody Disgusting a rencontré les équipes du film qui leur ont fait quelques révélations.

pet sematary 2019 simetierre

Le chemin menant au Simetierre a été tortueux, d’après le producteur Lorenzo di Bonaventura. “C’est une longue histoire, je pense notamment à la Paramount qui a eu de nombreux scripts avant moi pour divers tentatives à travers le temps. Il y a un bon bout de temps ils m’ont demandé ce que je pensais de Simetierre et j’ai répondu que c’était une bonne idée parce que, je ne sais pas s’il s’agit de mon livre préféré de Stephen King, mais il en est proche. Parce qu’il traite des thématiques intemporelles : la mort et notre rapport à elle. Et en tant que père cela m’intéresse vraiment, donc nous avons écrit un scénario avec un auteur du nom de Matt Greenberg et puis nous en avons débattu pendant un moment, puis nous avons ajouté Jeff Buhler au projet. Ils ont tous les deux fait un super travail, mais Jeff l’a remporté.”

Une fois le script terminé, il fallait trouver le réalisateur. Mais il en ont trouvé deux. Pour Kevin Kolsch et Dennis Widmyer, deux énormes fans de King et de Simetierre, c’était un projet qui les passionnait. Widmyer a expliqué : “Il y a eu beaucoup de réunions, d’argumentations, de répétitions de l’histoire pour convaincre les autres de la vision qu’on en avait. Leur rappeler qu’il y a beaucoup de fans et qu’ils sont importants et que nous étions chanceux que tout se passe très bien parce que nous en pleine renaissance de Stephen King et qu’il ne fallait pas gâcher ça. Nous devrions faire des films formidables inspirés de son oeuvre, parce que les livres le méritent.” Et Kolsch a ajouté : “Nous sommes fans de Stephen King, du livre et du film original, nous voulons respecter cela.”

“Quand on est arrivés, on n’avait jamais vu tel projet, nous n’avions pas écrit le scénario, il y en avait déjà un. Nous avons travaillé avec le scénariste pour essayer nous rapprocher davantage du livre. Il y avait beaucoup d’éléments du livre dont nous étions fans mais qui n’avaient pas été intégrés dans le premier film, que nous voulions intégrer dans le nouveau et nous avons travaillé dur pour cela. C’est comme ça que nous avons travaillé, en étant  relativement fidèle au livre mais… les meilleurs remakes sont ceux qui sont restés les plus fidèles en essence, pas nécessairement sur tout ce qui y est présent.”

Widmyer ajoute : “C’est un puta** de film sombre. C’est Simetierre, ce n’est pas… Beaucoup de livres de Stephen King sont sentimentaux et j’adore ça. Les gentils gagnent à la fin. Même à la fin de Shining. Wendy se marrie avec Dick Halloran, les gens l’oublient car ce n’est pas dans le film, mais Stephen King a du cœur. Et beaucoup de ses travaux ont du cœur. Celui-ci, c’est un texte qu’il a mis dans un tiroir pendant genre un an parce qu’il ressentait que ce qu’il avait écrit le perturbait. Il faut donc que ça se ressente dans l’histoire. C’est très émotionnel, très psychologique, très ancré dans l’horreur et ça va très loin.”

Côté fidélité au livre, il faut s’attendre à des surprises.
Kolsch : “Nous procédons à quelques changements ou décidons de choses qui pour nous sont très sympas, mais tout est plutôt dans l’esprit du livre d’origine.”
Widmyer : “Nous avons remis au goût du jour quelques éléments, mais il y aura sûrement plus d’éléments du livre dans notre film que dans la première adaptation. Des éléments que tout le monde adore, y compris les fans. Je suis même choqué qu’ils nous laissent faire ça.”

Et bien que ça semble désormais évident, Di Bonaventura confirme : “Je ne vois pas comment il ne serait pas Rated R (Aux États-Unis cela signifie que les mineurs de 17 ans et moins doivent être accompagnés d’un adulte pour le voir, ndlr) Je me suis fâché plus que de raison avec les organismes de classification mais quand il y a un enfant en péril, ce que nous avons dans cette histoire, c’est automatiquement classé R.” En concluant tout de même que son film mérite plus un “Rated R” que seulement un avertissement pour les moins de 13 ans.

Laisser un commentaire