Le réalisateur Mike Flanagan (JessieDoctor Sleep) a terminé l’écriture de son adaptation de Revival de Stephen King et d’après lui, l’auteur l’adore.

letterpress-stephen-king-edition-limitee-revival-francois-vaillancourt-01
François Vaillancourt pour LetterPress

En mars 2016, Josh Boone (Le Fléau) était aux commandes d’une adaptation de Revival qui avait même recruté Russel Crowe à son casting. Il y a à peine deux mois, on apprenait finalement que Mike Flanagan s’emparait du projet pour Warner Bros, après avoir déjà réalisé les adaptations de Jessie (disponible sur Netflix) et de Doctor Sleep.

Dans le dernier épisode du podcast en anglais The Kingcast, Mike Flanagan a donné des nouvelles de son projet.

“Ce que j’aime c’est que c’est un retour à l’horreur cosmique qui, je pense, est très amusant. C’est implacablement sombre et cynique et j’adore ça. Je pense que c’est le cas aussi de beaucoup du travail de King, il y a une sécurité dans l’approche sentimentale de beaucoup de ses histoires et c’est au final sombre et méchant et je les aime pour ça. Je n’ai pas pu terminer un film comme ça depuis, bon sang, Absentia peut-être ? Peut-être Ouija ?”

Flanagan a poursuivi en révélant qu’il lit toutes les critiques de ses films et séries et qu’il avait remarqué qu’on notait souvent que ses fins étaient “sentimentales” ou “émotionnelles”. Il s’est donc dit “Oh tu veux une fin sombre? Cool, prépare-toi.” Et il ne sait pas comment le studio réagira à cette fin, si on lui demandera quelque chose de plus heureux, et c’est une inquiétude qu’il semble avoir souvent. Même si dans ce cas il affirme avoir Stephen King de son côté, “il plaide pour la même fin”.

Reste à savoir si le projet sera accepté tel quel et quand il pourra être mis sur les rails, et si une suite à Doctor Sleep ne vient pas griller la priorité à Revival.

Résumé de Revival :

La foudre est-elle plus puissante que Dieu ?

Il a suffi de quelques jours au charismatique Révérend Charles Jacobs pour ensorceler les habitants de Harlow dans le Maine. Et plus que tout autre, le petit Jamie. Car l’homme et l’enfant ont une passion commune : l’électricité.

Trente ans plus tard, Jamie, guitariste de rock rongé par l’alcool et la drogue, est devenu une épave. Jusqu’à ce qu’il croise à nouveau le chemin de Jacobs et découvre que le mot « Revival » a plus d’un sens… Et qu’il y a bien des façons de renaître !

Laisser un commentaire