Tous les projets culturels ne sont pas au point mort : la nouvelle adaptation de Salem a trouvé son réalisateur et ce sera Gary Dauberman !

C’est un choix logique : on sait depuis un an que James Wan prépare un nouveau Salem pour les studios New Line et que Gary Dauberman (Ça, La Nonne) écrit le script. Visiblement le projet avance et Dauberman s’occupera également de la réalisation.

Gary Dauberman a déjà écrit les scripts de Ça Chapitres 1 et 2 (2017 et 2019) pour New Line, la même société qui est derrière Ça et qui devrait porter également à l’écran Marche ou Crève. Tout ça est donc presque une histoire de famille, et en 2017 Stephen King avait bien senti que New Line ne s’arrêterait pas là : Il y a un certain intérêt manifeste à développer Salem sous forme de long-métrage, tout simplement parce que les gens se disent qu’ils ont pris une vieille mini-série appelée Ça, qu’ils en ont fait un phénomène, donc ils peuvent le refaire avec autre chose. Rien ne réussit mieux que l’excès !”

A cette annonce Stephen King s’est fendu d’un tweet : “Voici une idée pour toi : reste fidèle au livre”. Voilà qui est envoyé !

Gary Dauberman a la volonté de faire de Salem “le film de vampires le plus effrayant depuis longtemps”. Aura-t-il la même approche pour adapter Salem que pour adapter Ça ? “J’aime être le plus fidèle possible à l’histoire jusqu’à ce qu’elle devienne un peu trop difficile à manier pour un film. Je suis très, très excité de faire partie de ce projet et de le mener à bien. Il n’a pas encore eu de traitement sur grand écran, c’est ce que j’ai ressenti. C’est tellement amusant de jouer avec les vampires et de faire quelque chose de vraiment effrayant avec les vampires. Je n’ai pas vu cela depuis très longtemps, et je suis ravi que les gens le voient.”

Roy Lee et Mark Wolper produiront également, et Gary Dauberman officiera aussi comme producteur exécutif.

Résumé de Salem : Le Maine, 1970. Ben Mears revient à Salem et s’installe à Marsten House, inhabitée depuis la mort tragique de ses propriétaires, vingt-cinq ans auparavant. Mais, très vite, il doit se rendre à l’évidence : il se passe des choses étranges dans cette petite bourgade. Un chien est immolé, un enfant disparaît, et l’horreur s’infiltre, se répand, aussi inéluctable que la nuit qui descend sur Salem.

Salem a été adapté deux fois pour la télévision : en 1979 par Tobe Hooper, en 2004 par Mikael Salomon.

Laisser un commentaire