Les studios New Line (Ça 2017 et 2019, Marche ou crève) préparent une nouvelle adaptation du roman Salem de Stephen King, publié en 1977. Gary Dauberman,qui a déjà écrit le script des deux chapitres récents de l’adaptation de Ça, écrit également le script de Salem. Aujourd’hui il révèle un peu plus ce qu’il veut faire des vampires de Stephen King.

stephen king salem lot jerusalem

“Je pense que le livre en lui-même est unique. Certes, je n’ai pas vu un film de vampire effrayant depuis très longtemps et j’aimerais vraiment y faire face. C’est l’un de mes livres préférés. C’est l’un de mes livres préférés de Stephen King. Nous avons pensé qu’il méritait le même traitement cinématographique que pour Ça. Ça était aussi une mini-série. L’expérience de porter cette histoire sur grand écran a été une telle joie que j’étais très heureux que ayons l’opportunité de le faire pour Salem. (…) Je ne veux me consacrer qu’à Salem pour le moment. C’est amusant de parcourir les recoins sombres de cette ville.”

Nul doute que Gary Dauberman, à qui on doit Annabelle, et son acolyte et nouveau maître de l’horreur James Wan (Conjuring), sauront rendre justice aux terribles vampires qui occupent la ville de Jerusalem’s Lot. Et cela va faire plaisir à Stephen King car comme il le disait dans son interview avec Eli Roth : “Les vampires sont censés être horribles. Je veux dire j’ai grandi en lisant Dracula, la puanteur de la tombe, le cimetière dans lequel était le vampire avec les vers qui rampent… Tout était censé être sale et moche… Je voulais ce genre de vampire. Je n’ai jamais été vraiment intéressé par la vision romantique d’Entretien avec un Vampire…”

Gary Dauberman est donc au script, James Wan à la production pour New Line. Roy Lee et Mark Wolper produiront également, et Gary Dauberman officiera aussi comme producteur exécutif. Aucune date n’a été avancée.

Résumé de Salem : Le Maine, 1970. Ben Mears revient à Salem et s’installe à Marsten House, inhabitée depuis la mort tragique de ses propriétaires, vingt-cinq ans auparavant. Mais, très vite, il doit se rendre à l’évidence : il se passe des choses étranges dans cette petite bourgade. Un chien est immolé, un enfant disparaît, et l’horreur s’infiltre, se répand, aussi inéluctable que la nuit qui descend sur Salem.

Salem a déjà été adapté au cinéma en 1979 par Tobe Hooper, puis en mini-série en 2004.

Laisser un commentaire