Mike Flanagan a été victime de l’humour noir de Stephen King dont les fans rafollent tant, quand il est allé chez lui lui montrer Doctor Sleep.

C’est de plus en plus de notoriété publique : Stephen King est un sacré blagueur. Son humour noir et cynique régale bien souvent les journalistes des plateaux de télévision. Et nous, fidèles lecteurs, nous en savons bien quelque chose car cet humour particulier se glisse toujours dans ses histoires, et dans les introductions de ses romans.

Mike Flanagan en a fait l’expérience, en se rendant à Bangor pour montrer son film Doctor Sleep à Stephen King. Il raconte au magazine Première :

J’ai fait l’expérience totalement surréaliste de montrer le montage final du film à Stephen King là où il habite, à Bangor, dans le Maine. Il est hilarant. Pour arriver jusqu’à là-bas, le voyage a été très long et très compliqué. On avait loupé l’avion et on a dû conduire durant des heures. Donc on est arrivé très tard dans la nuit et le rendez-vous avec King était prévu le lendemain matin. Quand je suis entré dans ma chambre d’hôtel, il faisait noir, ce qui est bizarre parce que les lumières s’allument normalement automatiquement. Toutes les lampes étaient éteintes, sauf une. Il y avait cette petite lumière sous laquelle il avait mis deux ballons rouges, comme dans Ça (Rires.) Regardez (il nous montre la photo en rigolant). C’était à la fois terrifiant et totalement génial. Il y avait aussi un bouquet de fleurs et un joli petit mot signé de sa main, nous souhaitant la bienvenue. C’était incroyable.”

“On l’a rencontré le lendemain pour la première fois et on a regardé Doctor Sleep à côté de lui dans la salle. Pour tout vous dire, je ne m’en souviens pratiquement pas, j’ai passé la plupart de mon temps à regarder ses réactions du coin de l’oeil (Rires.) Ça devait être très bizarre pour lui parce j’étudiais le moindre de ses mouvements. Je l’ai vu sourire, rire, et parfois il levait même les bras de joie, juste aux moments où je rêvais qu’il le fasse. Au début du générique de fin, il a mis la main sur mon épaule et m’a dit que j’avais fait un magnifique boulot. Je suis tombé dans les pommes et je me suis réveillé dans le hall du cinéma (Rires.).

“Au retour, j’arrive à l’aéroport – Stephen King déteste prendre l’avion – et je commence à recevoir des textos de lui. Il me dit : “Salut Mike. Tu es au courant que la plupart des accidents d’avion arrivent au décollage et à l’atterrissage ? Je me suis dit que tu voudrais le savoir”. Et quelques minutes plus tard : “Et pour ton information, tu peux potentiellement survivre à une chute de moins de 1 500 mètres en avion. Mais au-delà, tu vas sûrement mourir”. Merci (Rires.) ! Et il n’a pas arrêté jusqu’à ce que j’embarque !”

Sacré Stephen <3

Laisser un commentaire