Le 5 septembre 2018, les éditions du Livre de Poche publient le roman court Gwendy et la Boîte à Boutons, de Stephen King et Richard Chizmar.

L’avis de Stephen King France

De façon assez systématique, j’ai toujours préféré chez King ses romans courts (voire ses nouvelles) qui ont pour personnages principaux des enfants. Et je ne peux vous cacher un petit faible pour les romans à quatre mains, qui ont l’avantage de pallier à ce qui peut être perçu comme des défauts : des longueurs, des fins en queue de poisson parfois décevantes. Avec les 160 pages de Gwendy et la Boîte à Boutons et ses à peine 2h de lecture, j’ai été servie !

Même si c’est un “4 mains” (je ne connais pas l’oeuvre de Richard Chizmar), on sent indéniablement la patte intraitable de Stephen King : un homme mystérieux, une adolescente torturée, de l’injustice, des choix fatidiques, du sang… Des thèmes chers au maître du suspens. D’autant que l’intrigue prend place dans la terrible ville de Castle Rock : sans doute la ville fictive de King la plus tourmentée.

Les deux auteurs nous offrent une histoire aux airs de Bazaar, contée par un narrateur externe avec une telle fluidité dans le récit qu’il est impossible de lâcher le livre. Évidemment 160 pages c’est très court pour installer, développer et conclure une histoire : notre curiosité est vite piquée. Pour autant, l’action ne va pas trop vite et on se laisse avec plaisir emporter dans la vie de la jeune Gwendy. Pour le meilleur… ou pour le pire.

La vraie force de ce livre est la question qu’on ne peut s’empêcher de se poser tout du long. Non pas “que va-t-il se passer ?”. Non, trop classique. Mais : “et moi, que ferais-je à sa place ?”. Car on ne peut s’empêcher de s’identifier à Gwendy. Le seul personnage réellement développé mais avec le réalisme et la profondeur que l’on connaît chez les personnages de King. Et en bonus, pour faciliter l’immersion dans le récit (comme si on avait besoin de rendre l’histoire encore plus réelle) : l’édition du Livre de Poche est agrémentée d’illustrations.

On en voudrait presque plus, on se dit qu’après tout il y a bien plus à raconter. Mais bonne nouvelle : Gwendy et la Boîte à Boutons n’est qu’un amuse-bouche. Elevation, la novella que Stephen King publiera en octobre prochain, en sera une suite.

Résumé de l’éditeur

Trois chemins permettent de gagner Castle View depuis la ville de Castle Rock : la Route 117, Pleasant Road et les Marches des suicidés. Comme tous les jours de cet été 1974, la jeune Gwendy Peterson a choisi les marches maintenues par des barres de fer solides qui font en zigzag l’ascension du flanc de la falaise. Lorsqu’elle arrive au sommet, un inconnu affublé d’un petit chapeau noir l’interpelle puis lui offre un drôle de cadeau : une boîte munie de deux manettes et sur laquelle sont disposés huit boutons de différentes couleurs. La vie de Gwendy va changer. Mais le veut-elle vraiment ? Et, surtout, sera-t-elle prête, le moment venu, à en payer le prix ? Tout cadeau n’a-t-il pas sa contrepartie ?

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire