Même si elle n’est pas (encore) diffusée en France, vous n’avez pas pu passer à côté de Castle Rock : la série tant attendue produite par J.J. Abrams qui adapte le Stephen King Universe. Elle est diffusée sur Hulu depuis le 25 juillet, à raison d’un épisode par semaine sauf pour la première diffusion : 3 épisodes d’un coup !

La série a décidé de jouer avec nos nerfs niveau références et easter eggs à l’Oeuvre de Stephen King, on le sait, puisqu’elle se passe à Castle Rock, une ville du Maine fictive créée par King. Plusieurs de ses histoires y prennent place : Sac d’Os, Cujo, Dead Zone, Le Bazaar de l’Épouvante, La Part des Ténèbres, Histoire de Lisey, Le Corps… Et bien d’autres y font largement référence. Ce qu’il faut savoir : la série se passe de nos jours et a pour passif ce que King a écrit dans ses histoires. Et il semblerait que la ville ne se soit pas remise de tous les événements épouvantables qui s’y sont déroulés dans les œuvres de King (c’est pas un tendre).

Bien que la série Castle Rock écrive sa propre histoire, elle se servira de lieux, de personnages et d’histoires créés par Stephen King. Je vous ai donc concocté un dossier qui référence toutes les connexions et tous les clins d’oeil de Castle Rock aux histoires de Stephen King. Episode par épisode. Il a sera donc mis à jour chaque semaine.

Évidemment, il contient des spoilers !

Sommaire du dossier Castle Rock

castle rock hulu jj abrams stephen king

Le casting : les premiers easter eggs

La présence de certains acteurs n’a rien du hasard, et certains d’entre eux vous diront quelque chose :

  • Bill Skarsgård est “The Kid” (“Le Gamin”) : un prisonnier de la prison de Shawshank, retrouvé enfermé dans une cage en sous-sol de la prison. Bill est aussi l’interprète du terrifiant Grippe-Sou de la version 2017 du Ça de Stephen King. D’ailleurs, ce surnom de “Kid” ne serait-il lui-même pas une référence au Fléau ? (merci Stéphane pour la remarque !)
  • Sissy Spacek est Ruth Deaver : la mère adoptive d’Henry. Sissy n’est autre que l’actrice principale dans Carrie adapté par De Palma en 1977.
  • Melanie Lynskey est Molly Strand : la voisine d’en face d’Henry Deaver. L’actrice a déjà joué dans Rose Red (série de Stephen King). Et le nom du personnage ne serait-il pas un petit clin d’oeil à Molly, le corgi de King dont il parle chaque semaine sur les réseaux sociaux ?
  • Chosen Jacobs est Wendell Deaver, le fils d’Henry Deaver. Il est aussi l’interprète du jeune Mike Hanlon dans Ça Chapitre 1.
  • Terry O’Quinn est Dale Lacy, ex directeur de la prison de Shawshank. En 1985, il a joué le shérif Joe Haller dans Peur Bleue (Silver Bullet), une histoire de loup-garou d’après un scénario de Stephen King (le scénario a également été publié en format livre).
  • Frances Conroy est Martha Lacy, la veuve aveugle de Dale Lacy. Frances a également joué dans The Mist, l’adaptation en série de 2017 de la nouvelle Brume.
  • Ann Cusack est la nouvelle directrice de Shawshank suite au suicide de Dale. Dans la première saison de Mr Mercedes (série adaptée du roman du même nom), Ann est Olivia Trelawney.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

Le générique : un vivier de références

Il est très rapide et il n’apparaît qu’à partir du 2e épisode, mais le générique de Castle Rock est un hommage clair et assumé à Stephen King :

  • Le générique commence sur un livre qui s’ouvre : il s’agit du Bazaar de l’Épouvante.
  • On voit ensuite une table des matières : “The Dead 2 Girls” et “The Mouse on the Mile” sont des titres de chapitre de La Ligne Verte.
  • L’image où on voit un clocher d’église au loin est un extrait d’une édition originale du Bazaar de l’Épouvante.
  • On voit ensuite un très gros plan d’une couverture de Ça !
  • Suivit par plusieurs gros plans d’une couverture de Cujo.
  • Le “chapitre 19” (Chapter 19) que l’on aperçoit ensuite est un extrait de Salem.
    • À noter que “19” est un chiffre cosmique, mythique, et récurrent dans les œuvres de Stephen King, notamment dans La Tour Sombre.
  • La carte est une carte du Maine dans laquelle on retrouve les villes fictives de King, notamment Derry et Castle Rock. On y lit des notes en rouge :
    • “Lieu du crash” (“Crash site”) proche de la ville de Haven : une référence aux Tommyknockers.
    • Tout à gauche : “11:44 AM” près de Chester’s Mill : une référence à Dôme.
    • En bas à gauche, près de Bridgton : “Pointe de Flèche” (“Arrow Head”) pour le projet du même nom dans Brume et quelques autres histoires.
    • Pour Castle Rock est indiqué “Pop 1500”, c’est à dire la population de la ville… en 1991 !
    • Sur un point de la carte tout à droite, on y voit l’emplacement de “La Tempête du Siècle” (“The Storm of The Century”).
    • Et enfin, en bas à droite, on aperçoit une référence à une éclipse totale : celle qui lie les romans Dolores Claiborne et Jessie !
  • Le nom de la comédienne Melanie Lynksey s’affiche sur la page de garde de “Dolores Claiborne.
  • Le nom de Bill Skarsgård apparaît sur un exemplaire ouvert de Shining.
  • Jane Levy apparaît sur une référence à Misery.
  • On feuillette ensuite très rapidement des pages avec plusieurs références très rapides :
  • Sous le nom de Sissy Spacek, c’est la page de titre de Cujo.
  • Le nom de J.J. Abrams apparaît sur deux pages : à gauche on peut lire “All work and no play makes Jack a dull boy” (ce que Jack Torrance tape inlassablement dans Shining) et à droite le nom de la prison de Shawshank (Shawshank Redemption, du recueil de nouvelles Différentes Saisons).
  • “Room 217” est le numéro de la chambre hantée de l’Overlook Hotel, dans Shining. Merci aux co-créateurs d’avoir repris le numéro du roman de King et pas celui du film de Kubrick (chez Kubrick, la chambre a le numéro 237). Sur le même écran en bas à droite, le morceau de papier est un extrait de Cujo.
  • On voit un extrait du livre Ça avec notamment un dialogue de Grippe-Sou : “They Float, Georgie” (“Ils flottent, Georgie”).
  • Derrière le nom de Stephen King, on voit plusieurs fois “REDRUM” et “MURDER” en référence à Shining. Sur un morceau de papier à droite, on voit également “217” barré et corrigé par “237”, en référence au changement de n° de chambre évoqué plus haut.
  • Alors que le mot “Castle Rock” se forme, on aperçoit The Shining, Cujo et Pennywise (Grippe-Sou de Ça).
  • Enfin, à noter que le compositeur du générique est Thomas Newman, à qui on doit déjà les BO de La Ligne Verte et Les Évadés.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les easter eggs de chaque épisode

Épisode 1 – Severance

Un appel téléphonique anonyme ramène dans sa ville natale, Castle Rock, l’avocat spécialisé dans les condamnés à mort Henry Deaver.

  • La série commence avec des événements qui se passent en 1991. Soit le chiffre 19 et son exact opposé (voir dans la partie du générique l’importance du chiffre 19).
  • Dale Lacy écoute dans sa voiture la radio, celle-ci indique 100.3 : “100.3 WKIT” est une station détenue par Stephen King qui passe majoritairement du rock.
  • La prison de Shawshank :
    • C’est le lieu principal des événements de la nouvelle “Rita Hayworth et la Rédemption de Shawshank”, publiée dans le recueil Différentes Saisons (et adaptée en film : Les Évadés). La prison est évoquée dans plusieurs autres livres de King : 22/11/63Sac d’OsBlaze
    • On apprend qu’il y a toujours dans le bureau du directeur un impact de balle dans le mur (suite au suicide du précédent directeur qui se passe à la fin de la nouvelle de King).
    • Une photo de l’acteur Bob Gunton est au mur, dans le rôle du directeur Samuel Norton, le directeur de Shawshank dans le film adapté de la nouvelle, Les Évadés.
  • La première fois que l’on voit la prison, elle est dans la brume, une référence à la nouvelle du même nom, dans le recueil du même nom (adaptée en film et série : The Mist).
  • Le jeune Henry Deaver tient ce qui ressemble à une pièce d’échecs dans sa main, ce qui nous fait penser aux pièces (et autres petits personnages) qu’Andy Dufresne (héro de la nouvelle Rita Hayworth…) sculpte pour s’occuper à Shawshank.
  • Quand le directeur Lacy roule dans Castle Rock, il écoute Le Mariage de Figaro de Mozart : le son qu’Andy Dufresne passe à ses compagnons dans Shawshank Redemption.
  • LeeAnn Chambers, la cliente d’Henry condamnée à mort, n’est autre que la femme de Richard Chambers, que l’on voit jeune dans Le Corps (The Body, qui a donné le film Stand By Me). Il est le bras droit du terrible Ace Merrill.
  • L’exécution ratée de LeeAnn Chambers nous évoque une exécution tout aussi éprouvante dans La Ligne Verte, celle de ce pauvre Delacroix.
  • Alan Pangborn, l’ex shérif de la ville de Castle Rock, est un personnage de Stephen King. En effet dans ses livres, Pangborn est LE shérif de Castle Rock, notamment au centre de l’intrigue de La Part des Ténèbres et Le Bazaar de l’Épouvante.
  • À son arrivée à Castle Rock, Henry descend d’un bus du même modèle que celui de Red dans Les Évadés.
  • Le “Kid” aperçoit une souris depuis sa cellule : clin d’œil à Mr Jingles de La Ligne Verte. Et parce qu’elle se fait attraper, cela pourrait être une référence à la nouvelle Codename : Mousetrap (littéralement “Nom de code : piège à souris”), une des premières nouvelles de King publiée en 1965 dans le journal de son lycée.
  • À l’arrivée en ville d’Henry, on aperçoit une auberge nommée “Pleasant dreams”, sans doute une référence au Bas Parler, un dialecte de La Tour Sombre, et sa célèbre phrase pour saluer quelqu’un : “Long days and pleasant nights” traduite en français par “Que vos journées soient longues et vos nuits plaisantes”.

 

Épisode 2 – Habeas Corpus

Henry a un nouveau client à la prison de Shawshank.

  • Dale Lacy évoque en voix off un chien et un étrangleur : il s’agit de Cujo et de Dead Zone.
  • On évoque également un “corps retrouvé près d’une ligne de chemin de fer” : évidemment il s’agit de la nouvelle Le Corps (du recueil Différentes Saisons, adaptée en film : Stand By Me).
  • La mention de “ce corps de gamin retrouvé” revient pendant le match de football américain (dans lequel on voit se suicider une mascotte : c’est le frère de Dale Lacy, qui lui-même se suicidera également plus tard).
  • Dans la maison, sur une table, un exemplaire du Time est posé avec en couverture Adolf Hitler : une possible référence à Un Élève Doué. (Merci JC Maur du signalement)
  • La machine à écrire aperçue à côté nous fait beaucoup penser à celle de Shining ou de Misery !
  • Le corps mort dans la baignoire nous fait évidemment penser à Shining.
  • À la télévision, une publicité pour les céréales “Sharp Cereal”, une marque pour laquelle Vic Trenton travaille (via une agence de pub, justement) dans Cujo.
  • Une femme tue son mari avec le gaz d’échappement de sa voiture : cela fait penser à Christine car la voiture a tout l’air d’être une Plymouth Fury, et dans le roman une mort par asphyxie de ce même gaz survient également.
  • Chez les Lacy, lorsqu’Henry feuillette des journaux, les titres font des références directes à Le CorpsCujo et Le Bazaar de l’Épouvante.
  • On fait la connaissance d’une certaine Jackie Torrance, dont le nom évoque Shining puisque le nom du père du petit Danny est Jack Torrance. Clin d’œil ou réel lien de parenté avec le père tueur ?
  • Molly achète de la drogue à un jeune dont le nom est Dean Merrill. Le même nom de famille qu’Ace Merrill : le méchant garçon dans la nouvelle Le Corps (interprété par Kief Sutherland dans l’adaptation Stand by Me) et mentionné dans Bazaar.
  • Alan Pangborn qui creuse dans les bois (Tommyknockers) pour vérifier que le chien qu’il a enterré n’est pas revenu à la vie (Simetierre) on en parle ?
  • L’usine de textile “Yarn Mill” est un lieu que l’on retrouve dans la nouvelle Poste de Nuit (publiée dans Danse Macabre).
  • Le “Mellow Tiger Bar” est un bar que l’on voit déjà dans Le Bazaar de l’Épouvante, dans lequel deux habitants de Castle Rock se sont entretués.
  • Le camarade de cellule du “Kid” lit Sa Majesté des Mouches de William Golding : c’est le livre préféré de Stephen King, pour lequel il a écrit une introduction dans sa dernière ré-édition. King a utilisé le nom de Castle Rock en hommage direct à un lieu du livre de Golding, où les choses les plus horribles de l’histoire se passent.
  • Ce même camarade de cellule a en tatouage le n° “1408” : référence à la nouvelle du même nom qui a donné un film avec John Cusack (Chambre 1408).
  • Le numéro de la cellule est “9” mais les inscriptions sur le mur nous laissent lire plutôt “19” (on parle de ce chiffre dans le décryptage du générique, en début de dossier).
  • Molly Strand évoque une affection psychique méconnue, qui la rend très sensible et très empathique. Comme si elle “entendait” ou “sentait” les gens, d’une certaine façon. Ça ne vous fait pas penser au don du shining ? Ou peut-être au don de John Coffey dans La Ligne Verte ?
  • Jackie Torrance évoque une tempête de neige géante pendant laquelle Henry Deaver s’est perdu étant jeune. C’est la tempête pendant laquelle les événements de La Tempête du Siècle se déroulent.
  • Elle évoque également le “Nan’s Luncheonette” qui aurait brûlé. Chez King, c’est également un restaurant mais dans Le Molosse Surgi du Soleil il est bien à Castle Rock alors que dans Ça, le restaurant est à Derry. Serait-ce une chaîne de restaurants ou une erreur de King ? On ne sait pas.
  • Dans le frigo, Henry trouve une nouvelle pièce d’échecs (cf épisode 1).
  • Le shérif qui, dans un flash back, interroge la jeune Molly sur la disparition d’Henry est Norris Ridgewick : un des prédecesseurs d’Alan Pangborn que l’on retrouve dans La Part des Ténèbres, Bazaar et Jessie.

 

Épisode 3 – Local Color

Le passé resurgit avec Molly Strand.

  • Évidemment le slogan de Molly est un hommage à Stephen King : “Vivez comme un King !”.
  • Molly construit une maquette de la ville et y place en son centre un “gazebo” (un petit pavillon de jardin). Elle insiste deux fois sur ce mot, si bien qu’on ne peut s’empêcher de penser au jeune Eddie Kaspbrak, dans l’adaptation 2017 de Ça, qui confond “placebos” et “gazebos” dans une scène aujourd”hui culte.
  • Ce gazebo, elle l’évoque comme étant un lieu paisible pour la ville. Or, dans Dead Zone, le “gazebo” de Castle Rock est l’endroit où le serial killer Frank Dodd fait une nouvelle victime.
  • Le rêve de Molly dans une église, où le pasteur et les membres de l’église ont les têtes et visages recouverts de bandages, est très similaire à une scène de Peur Bleue, quand les paroissiens se transforment en loups-garous.
  • Dans un flashback, on arrive dans la chambre de Molly jeune et on y voit longuement un poster des Ramones. Un clin d’œil à ce groupe de rock qui a écrit une chanson pour l’adaptation de Simetierre : Pet Sematary (titre du livre, du film, et de la chanson).
  • Alors que le Kid fixe au mur le portrait de Samuel Norton (cf épisode 1), on aperçoit un texte encadré titré “Contraband” : le même nom d’une publication en deux parties de Stephen King, en 1971.
  • Quand Molly retrouve son dealer et que les enfants qu’elle trouve semblent avoir constitué leur propore société, avec ses propres lois, cela fait penser à Les Enfants du Maïs et à Sa Majesté des Mouches.
  • Molly, encore elle, tient à sa main et très proche de son visage, un grand couteau de boucher. Impossible de ne pas penser à Annie Wilkes dans l’adaptation de Misery. Même si elle se réfugie dans la salle de bain, comme une certaine Wendy Torrance dans l’adaptation de Shining par Kubrick.

 

Épisode 4 – The Box

Henry se prépare pour sa journée au tribunal. Un cercueil arrive à Castle Rock.

  • On commence par un petit démenti de référence ;) Si certains d’entre vous ont aperçu des attrapes-rêves dans la maison de Ruth (c’est ce qu’on a pu lire sur un autre site), quand elle vide les poissons : ouvrez bien l’œil, il n’en est rien, ce sont des herbes aromatiques qui sèchent.
  • Dès qu’on est dans la prison de Shawshank on ne peut s’empêcher de faire des rapprochements avec la nouvelle Rita Hayworth… (adapté en Les Évadés) : la présence d’un garde sniper positionné sur le toit (ce qu’Hadley a fait à Tommy Williams…) ou la référence à la poudre anti-poux jetée sur Andy à son arrivée à la prison.
  • Quand Zalewski commence à perdre la tête, il dessine des smileys sur les écrans de surveillance : le même smiley apparaît sur un bouton de veste de Randall Flagg dans Le Fléau, c’est aussi un emoji largement utilisé par Brady Hartsfield dans Mr Mercedes.
  • Comment ne pas penser à Ça chaque fois qu’on voit des ballons gonflés à l’hélium ?
  • Molly Strand vit visiblement dans la maison de Frank Dodd : “l’étrangleur en série” mort dans sa maison qu’elle évoque ne peut être autre que le tueur de The Dead Zone.
  • Ce plan de Bill dont on aperçoit le visage à travers la trappe de sa cellule, on ne peut qu’y voir Grippe-Sou (qu’il incarne, cf le casting en début d’article) dans son égout. (Merci Paula !)
  • La visite d’Henry à la famille Desjardins est une connexion avec la nouvelle Le Corps (adaptée en Stand by Me). Vincent Desjardins était un membre du gang d’Ace. On peut aussi relever la référence à Rita Desjardin, la prof de gymnastique de Carrie. Dans les livres de Stephen King, rien n’indique que ces deux familles sont liées et en même temps c’est normal : elles n’ont pas tout à fait le même nom de famille.
  • Alors que le corps du Révérend Deaver est rapatrié à Castle Rock, on a une forte impression de déjà-vu avec Simetierre

 

Épisode 5 – Harvest

Un étranger arrive en ville. Castle Rock honore le shérif Pangborn.

  • Alors que le Kid regarde une vidéo sur la réinsertion, le narrateur dit s’appeler Lou Hadley. Il est le frère de Byron Hadley, le gardien de la prison de Shawhshank dont Andy Dufresne aide à faire les impôts.
  • Gros plan sur les chaussures du Kid au moment où il quitte la prison. On n’y voit dessus qu’une lettre : N. Peut-être une référence à la nouvelle N. de Stephen King qui raconte l’histoire d’un patient en psychiatrie convaincu d’être le portail vers une autre dimension. Edit : alors que je regardais un documentaire sur les prisons aux Etats-Unis, il s’est avéré que les prisonniers avaient exactement les mêmes baskets. Ce n’est donc pas une référence, elles font partie de l’uniforme carcéral.
  • Le jeune garçon qui fête son anniversaire s’appelle Gordie, comme Gordie LaChance dans Le Corps (Stand by Me). Ce n’est pas lui mais c’est sans conteste un clin d’oeil.
  • La femme qui analyse le Kid annonce qu’elle peut faire jouer ses contacts pour le placer à Juniper Hill. Juniper Hill est un asile du Maine qui a notamment accueilli Henry Bowers (Ça), Nettie Cobb (Bazaar), Raymond Andrew Joubert (Jessie) et Charlie Pickering (Insomnie). On en entend également parler dans de nombreux autres livres comme 22/11/63, Sac d’Os, Les Tommyknockers, La Part des Ténèbres
  • Alan Pangborn offre à sa femme un jeu d’échecs, ce qui nous fait à nouveau penser aux pièces d’échecs qu’Andy taille pour passer le temps quand il est emprisonné à Shawshank.
  • Le chien qui aboie et effraie Ruth est encore une référence à Cujo comme on en trouve dans chaque épisode, puisque tout se passe dans cette ville.
  • Dans la maison où elle a accueilli le Kid, Molly trouve ce qui semble être des copeaux de savon (des “chutes”), puis on voit un personnage taillé dans cette même matière. À Shawshank, les pièces d’échecs et autre personnages d’Andy étaient taillées dans du savon.
  • Dans le taxi de Jackie, quand elle fume avec le Kid, on aperçoit la radio qui est branchée sur la fréquence 100.3. Comme on en parlait dans l’épisode 1 : “100.3 WKIT” est une station de radio que Stephen King possède, qui passe majoritairement du rock.
  • On apprend que Jackie Torrance est la nièce de Jack tel qu’on le connaît dans Shining. Son vrai nom est Diane, mais elle l’a changé en Jackie pour énerver ses parents qui lui avaient caché cette histoire.
  • Alan Pangborn à déjà rencontré le Kid… 27 ans plus tôt, juste avant qu’il ne soit enfermé ! 27, c’est  le nombre d’années qui séparent chaque apparition de Grippe-Sou à Derry. C’est d’autant plus frappant comme référence que Bill, qui incarne ici le Kid, est aussi Grippe-Sou dans la nouvelle version de Ça. C’est aussi une grande avancée de l’intrigue puisque le Kid a été enfermé pendant exactement 27 ans, et les éléments se déchaînent (malgré lui ?) dès son retour. Serait-il de la même origine que Grippe-Sou ? Ou serait-il Grippe-Sou lui-même tentant de se faire passer pour humain ? Ou une forme de son éternel ennemi, Maturin ?

 

Si vous en avez repéré d’autres, venez nous les signaler sur Twitter, sur Facebook, par mail ou en commentaires, nous les ajouterons !

6 Commentaires

Laisser un commentaire