Stephen King répond à la fille du tueur qui lui a inspiré “A good marriage” (Bon ménage)

a-good-marriage-bon-menage-btk

On vous en parle sans arrêt en ce moment, vous le savez, Stephen King est en pleine promotion pour la sortie de l’adaptation de sa nouvelle A good marriage (Bon ménage en français).

Comme nous vous le disions dans cette news, cette histoire lui a été inspirée par celle de Dennis Lynn Rader, homme marié dévoué à sa famille qui a mené durant 15 ans une double vie en tant que tueur en série. Mais la semaine dernière, la fille du tueur (surnommé BTK : “Blind Torture Kill”) s’est exprimée dans une lettre ouverte à Stephen King . Elle y dénonce l’exploitation que fait l’auteur des 10 victimes de son père, dans le seul but de s’enrichir de quelques millions. Lire la lettre en anglais

Stephen King a décidé de lui répondre, lui aussi publiquement. Voici la traduction ci-dessous faite par le CSK et corrigée par nos soins :

“Je ne pense pas que la fille de Mr Rader aient à s’inquiéter que son père prenne la grosse tête; il n’y a rien de glorieux dans le portrait que je fais de Bob Anderson dans ‘A good marriage’. Il y est décrit comme un petit homme des plus banals, et aucun des meurtres n’est montré.

Pour la question de s’enrichir de millions avec ce projet… ce n’est pas prêt d’arriver. ‘A good marriage’ est un petit film financé indépendamment qui ne se joue que dans une douzaine de cinémas. Le nombre de vente en VOD sont difficiles à prédire mais nous ne nous attendons pas à un très grand succès. L’histoire n’est pas réellement au sujet de ce mari meurtrier, mais à propos d’une femme brave et déterminée. Et, bien que je comprenne la détresse de Mme Rawson, les crimes de BTK ont déjà été racontés dans pas moins de 4 films, et il y en aura peut-être d’autres par la suite.

Je reconnais qu’il y a un intérêt morbide au sujet de ces crimes et de tels criminels (il y a bien eu au moins une centaine de films autour de Jack l’éventreur, qui a fait bien moins de victimes), mais il y a un besoin de comprendre pourquoi cela arrive. Ce besoin de comprendre est la base de l’art et c’est ce que j’ai dépeint dans “A good marriage”.

Je maintiens que le thème de la nouvelle et du film (décrivant la manière dont certains hommes arrivent à garder de tels secrets à leur plus proches) est valide et mérite d’être étudié.

Stephen King”

Leave A Comment