En plus de ses conseils lecture sur Twitter (il lit environ 80 livres par an), Stephen King publie régulièrement des critiques de livres pour le journal New York Times. Après The Witch Elm de Tana French en octobre 2018, Lady in the Lake de Laura Lippman en juillet 2019, c’est au tour de Afterland de Lauren Beukes.

afterland lauren beukes stephen king

Afterland de Lauren Beukes sera publié en anglais le 28 juillet 2020. Aucune date connue à ce jour pour la traduction française.

Résumé de Afterland

La plupart des hommes sont morts. Trois ans après la pandémie connue sous le nom de Manfall, les gouvernements tiennent toujours et la vie continue – mais un monde dirigé par des femmes n’est pas toujours meilleur.

Miles, 12 ans, est l’un des derniers garçons vivants et sa mère, Cole, le protégera à tout prix. En fuite après un acte de violence horrible – et poursuivi par la propre sœur impitoyable de Cole, Billie – tout ce que Cole veut, c’est élever son enfant dans un endroit où il ne sera pas la proie en tant que ressource reproductrice, objet sexuel ou fils remplaçant. Quelque part comme à la maison.

Pour y arriver, Cole et Miles doivent traverser une Amérique transformée déguisés en mère et fille. D’une base militaire à Seattle à un bunker de luxe, d’une commune anarchiste de Salt Lake City à un culte itinérant qui voit Miles comme la réponse à leurs prières, les deux courent pour rester en tête à chaque étape… alors même que Billie et son sinistre équipage se rapprochent.

Un thriller hautement féministe et aux enjeux élevés de l’auteur primée Lauren Beukes, Afterland allie avec brio le suspense psychologique, le noir américain et la science-fiction dans une aventure qui lui est propre – et parfaite pour notre époque.

L’avis de Stephen King

Evidemment avec un tel roman à mi-chemin entre Sleeping Beauties et Le Fléau, King se satisfait de l’intrigue qui lui a beaucoup plu. Les commentaires sociaux qui vont avec ce genre de récit de fiction semblent aussi le satisfaire, allant même jusqu’à faire des parallèles avec le comportement de ses concitoyens durant la crise sanitaire actuelle : “Les femmes veulent toujours tomber enceinte même si leurs petits garçons pourraient mourir. Comme, je suppose, les gens veulent toujours encombrer les plages et les parcs d’attractions même s’ils comprennent qu’ils peuvent propager le coronavirus, ou l’attraper et le ramener chez les grands-parents.”

Lire la critique de Stephen King

Laisser un commentaire