L’adaptation du roman Docteur Sleep de Stephen King sortira sur les écrans français le 30 octobre 2019. La première bande-annonce vient d’être dévoilée et elle a révélé que Docteur Sleep, qui est la suite de Shining, se passerait dans l’univers du Shining de Kubrick, alors que Stephen King renie cette adaptation, bien que culte. Mais Mike Flanagan a dû convaincre le Maître de lier ces deux univers.

Pourquoi Stephen King n’aime pas le Shining de Kubrick ?

C’est une question qui revient souvent car parmi les nombreuses mauvaises adaptations de Stephen King, la seule qu’il renie haut et fort et sans concession, c’est celle de Shining de Stanley Kubrick, alors qu’on ne peut pas nier que ce film est un très beau film, et qu’il est désormais culte et fait intégralement partie de la pop culture.

Stephen King renie tellement cette version de Shining qu’il en a racheté les droits d’adaptation pour en livrer sa propre version en un long téléfilm qui a très mal vieilli.

Mais alors pourquoi King renie autant cette version de Shining ? C’est assez évident à la lecture du livre, car si en substance l’histoire semble la même, le sujet principal a complètement été occulté. Certes, c’est une adaptation donc une interprétation, mais Kubrick a renié l’histoire d’un homme qui se bat contre son alcoolisme (l’hôtel et ses démons ne sont qu’une métaphore de ses démons internes), pour faire une histoire d’hôtel hanté avec des personnages qui n’ont rien à voir avec ceux du livre. Comme le disait King dans cette interview, Shining de Kubrick est froid et vide : “C’est un très beau film à regarder. La musique est superbe. Je l’ai déjà dit. Mon avis c’est qu’il n’y a aucun personnage du livre. Jack Torrance est normalement un homme sympa qui essaye d’aller mieux pour sa famille et pour lui-même. Jack Torrance joué par Jack Nicholson : il est fou dès la première minute quand il est dans le bureau d’Ullman. Kubrick a pris un livre fort, effrayant, plein de suspens et en a fait un film vide. (…) À quoi servent ces images ? C’est la question. Ce n’est pas comme Massacre à la Tronçonneuse où tu comprends pourquoi ce qui se passe est en train de se passer. Shelley Duvall n’est qu’une serpillière qui crie. Si tu faisais ce film aujourd’hui, peux-tu imaginer après le mouvement #metoo… Peut-être que ça serait accepté car ce serait une représentation parfaite de l’abus.”

Mais comment Mike Flanagan a-t-il pu lier le Doctor Sleep de King et le Shining de Kubrick ?

Depuis le début de ce projet d’adaptation, Mike Flanagan a la volonté de rester fidèle au roman de King tout en rendant hommage au film de Stanley Kubrick. Mais alors comment faire quand on sait ce qu’en pense King ? (“Fuck Kubrick” a-t-il récemment déclaré dans cette autre interview).

Dans un Q&A, Flanagan affirme d’abord que c’est avant tout une adaptation du roman de Stephen King, qui est bien la suite de son roman Shining, et pas un sequel direct au film de Kubrick. Pourtant, il se passe bien dans le même univers que ce dernier, ce qui est compliqué, puisque certains éléments importants ne se passent pas de la même façon dans le film que dans le livre : en écrivant Doctor Sleep, King a bien évidemment ignoré les éléments du Shining de Kubrick, le sortant définitivement de son univers.

“Donc la première conversation que nous devions avoir, mis à part le fait que nous, fans de King et apôtres de Shining, devions vraiment essayer de rapprocher ces mondes, nous devions aller voir King et expliquer comment nous voulions le faire. Certaines de ces questions impliquent des questions très pratiques sur certains personnages en vie dans le roman Shining qui ne sont pas en vie à la fin du film. Comment s’y prendre ? Et en particulier, comment entrer dans la vision de l’hôtel Overlook créée par Kubrick. Notre pitch à Stephen s’est étonnamment très bien passé, et nous sommes sortis de la conversation avec non seulement sa bénédiction de faire ce que nous avons fini par faire, mais aussi ses encouragements.” Flanagan ajoute que sans sa bénédiction, ils n’auraient simplement pas fait le film.

“Ce projet, pour moi, a amené les deux moments les plus éprouvants de toute ma carrière. Le premier consistait à envoyer le premier brouillon du script à Stephen King. C’était vraiment terrifiant, mais heureusement, il a vraiment adoré. Et le second était, très récemment dans ce processus de post-production, lorsque le film a été envoyé à Stephen pour qu’il le regarde mais aussi aux successeurs de Kubrick. Les deux se sont très bien passés. Ça a toujours été notre espoir, faire exister un univers dans lequel Stephen King et Stanley Kubrick pourraient aimer ce film, c’est le rêve. Arriver à ce compromis a été la source de chaque ulcère que nous avons eu au cours des deux dernières années.”

Par conséquent, on peut conclure que King valide également les éventuelles libertés du réalisateur par rapport au livre pour (peut-être) coller avec les événements du film. Et sans nul doute il va falloir s’attendre à beaucoup d’Easter Eggs ! D’ailleurs Mike Flanagan a dévoilé qu’il s’est longtemps posé la question du numéro de la chambre de l’Overlook Hotel : 237 comme dans le film, ou 217 comme dans le livre ? Si vous avez regardé la bande-annonce, vous savez !

Ces Easter Eggs concernent Shining, Doctor Sleep, mais pas seulement, d’après le réalisateur qui affirme qu’il y aura des références à l’univers entier de Stephen King. “J’espère que ce sera aussi excitant pour les gens qui sont aussi nerds que moi pour ces choses-là.” Et bien plus, puisqu’on sait d’ores et déjà qu’il y aura un miroir bien particulier dans Doctor Sleep : le miroir Oculus du film du même nom de… Mike Flanagan !

oculus miroir doctor sleep

Pour rappel : Flanagan a déjà adapté du Stephen King puisqu’on lui doit Jessie, sur Netflix !

Laisser un commentaire