C’était il y a déjà plus de trois ans. Cary Fukunaga devait réaliser la nouvelle adaptation de Ça de Stephen King, un projet qu’il avait à cœur depuis longtemps. Tout était quasiment prêt, il avait même trouvé Will Poulter pour incarner Grippe-Sou. En mai 2015, il quitte tout du jour au lendemain, évoquant plus tard des “différences de point de vue” pour le film entre lui et les studios New Line.

Depuis, on le sait, c’est Andrès Muschietti qui a finalement repris le projet et qui en a fait un succès “monstre”. Alors que le tournage de Ça Chapitre 2 est toujours en cours à Toronto, Cary Fukunaga est revenu, dans une interview pour GQ, plus en détail sur les raisons de son départ.

cary-fukunaga-it-ca

“New Line avait peur de ne pas pouvoir me contrôler. Alors que j’aurais complètement collaboré. C’est ce qui est ridicule. C’est une mauvaise interprétation. Je n’ai pas reçu de mémo et réagit ‘Je vous emmerde. Pas question.’. Ça a toujours été un échange”.

“Dans tout ce que j’ai fait il y a toujours eu des compromis. Par exemple, quelqu’un a dit à propos de Beasts (of no nation, un film de Fukunaga, ndlr), ‘Oh, c’était comment de faire un film sans compromis ?’. Genre, sans compromis ? J’ai dû réécrire tout mon troisième acte parce que nous n’avions pas d’argent pour terminer le film. Nous faisons sans arrêt des compromis.”

Cary Fukunaga l’a visiblement mauvaise… Et c’était déjà le cas bien avant le succès du nouveau film. Grâce à Bloody Disgusting, on a retrouvé une interview dans Variety de septembre 2015 qui explique un peu plus les différends avec les studios et la vision qu’il avait de Ça :

“J’essayais de faire un film d’horreur non conventionnel. Ça ne collait pas avec ce qu’ils savaient pouvoir dépenser et rentabiliser sans choquer leur audience habituelle. Notre budget était très correct mais on a vraiment bataillé sur la créativité. Il s’agissait de faire deux films et ça ils ne s’en préoccupaient pas. Dans le premier je voulais réaliser un film d’horreur avec de vraies personnalités. Ils ne voulaient pas de personnalités, ils voulaient des archétypes et de la peur. J’ai écrit le script. et ils ont voulu que je fasse un script plus inoffensif et conventionnel. Mais je ne pense pas que vous pouvez faire du bon Stephen King en faisant quelque chose d’inoffensif.

La principale différence était de faire de Grippe-Sou plus qu’un clown. Après 30 années de méchants capables de lire les émotions des personnages et leur faire peur, en essayant de trouver des façons vraiment sadiques et intelligentes de faire peur aux enfants, et ces enfants auraient eu une vraie vie avant d’avoir peur. Tout ce travail sur les personnages prend du temps. C’est une construction lente, mais ça en vaut la peine, surtout dans le second film. Mais définitivement, même dans le premier film, c’était payant.

Nous y avons investi des années et tellement de récits anecdotiques. Chase (Chambers, co script, ndlr) et moi avons mis notre enfance dans cette histoire. Donc, notre plus grande peur était qu’ils prennent le script et en fassent n’importe quoi. Je suis vraiment reconnaissant qu’ils le revoient. Je ne voudrais pas qu’ils volent et utilisent nos souvenirs d’enfance. Je ne suis pas sûr que les fans auraient aimé ce que j’aurais fait. J’honorais l’esprit de King, mais je devais le mettre à jour. King en avait vu une première version et avait aimé.”

Difficile de savoir ce qui a exactement bloqué au point qu’il abandonne ce projet qui visiblement comptait tant pour lui. Et après tout tant pis, qui oserait se plaindre de ce que nous a offert Andrès Muschietti ?

Laisser un commentaire