Le 2 mars 2020 à New York, Stephen King a reçu un Audie Award pour honorer l’ensemble de son Oeuvre. Voici ma traduction de son discours, et de l’intervention de son fils Joe Hill, qui lui remettait son prix.

L’enregistrement vidéo complet de la soirée de gala est disponible ici. La partie sur et avec Stephen King débute à 39min et 15 secondes avec une introduction d’Ana Maria Allessi, présidente du comité de l’Association des éditeurs de livres audio.

Bonjour, je suis Ana Maria Allessi et je suis la présidente du comité de l’Association des Editeurs de Livres audios (APA), et ça me fait plaisir de tourner notre attention vers Monsieur Stephen King qui, depuis des années, bien avant que les livres audio ne soient à la mode, salue le travail que chacun d’entre vous fait et toute la magie que vous créez.
A travers son soutien, il a fait s’améliorer l’expérience des livres audio. Et c’est avec un grand enthousiaste et notre gratitude que nous célébrons Stephen King en lui remettant un prix récompensant l’ensemble de sa carrière (Lifetime Achievement Award).

Est ensuite diffusée cette vidéo que je vous ai sous-titrée sur YouTube :

Après une longue ovation, Ana Maria Allessi accueille Joe Hill sur scène :

C’est un réel cadeau d’avoir Joe Hill pour remettre ce prix. Vous connaissez tous Joe, mais au cas où vous auriez besoin d’un rappel. Il est l’auteur du besteller NOSFERA2, et il a gagné, il y a tout juste quelques secondes, un Audie pour Full Throttle, et il est l’auteur de Locke and Key, une série de comics publiée sur une longue période et une série à succès sur Netflix, et je suis très heureuse d’accueillir Monsieur Joe Hill.

Joe Hill arrive donc sur scène et prend la parole :

Ana Maria, merci. Je suis honoré d’être ici ce soir pour célébrer les livres audio, aux côtés de ceux qui travaillent si dur et tellement bien pour les apporter aux lecteurs où qu’ils soient.

Je suis particulièrement reconnaissant parce que j’ai le privilège de remettre le Lifetime Achievement Award à Stephen King, qui, comme vous le savez, a été un meilleur ambassadeur des livres audio que n’importe qui aurait pu espérer.

Son amour et son enthousiasme contagieux pour ce format remontent à plusieurs décennies. Je le sais. J’y étais. (rires)

Mes parents se sont rencontrés dans cours de poésie. Et après qu’ils se soient mariés, ils ont rempli leur maison de livres. Des livres se trouvaient dans toutes des pièces, amassés dans des bibliothèques et en piles.

Quand nous nous asseyions à table, nos conversations étaient souvent sur faire croire aux gens à des mondes imaginaires, des conflits fictifs, autour d’assiettes préparées par mon père dont la spécialité culinaire était les spaghettis dans lesquelles il jetait des steaks hachés. Nous discutions d’auteurs, de librairies, de l’édition, et le sujet bien connu des critiques littéraires sans morale… (rires)

La meilleure partie de ces journées arrivait après le dîner quand nous nous rassemblions sur le sofa et nous passions un livre. Nous lisions tour à tour à voix haute. De cette façon nous sommes passés par les lignes de “Le lion, la sorcière blanche et l’armoire magique” et “Vol et Volupté“, et les histoires d’HP Lovecraft qui étaient si prétentieuses et avec tellement de texte qu’elles nous ont rendu hystériques.

Au 47 West Broadway, Bangor, Maine ; les histoires étaient toujours dans l’air, et dans l’oreille.

Je ne vous apprendrai rien en vous disant que mon père est un glouton d’histoires. Il peut à peine passer une heure sans se jeter sur une. Ce dîner ce soir doit le tuer. Pensez toutes les pages qu’il pourrait être en train de lire en ce moment.

Quand j’étais un enfant, je ne l’ai jamais vu aller nulle part sans un livre de poche à la main. Au Fenway Park (le stade de baseball des Boston Red Sox, son équipe préférée, ndlt), il lisait entre les manches et notait les scores des matchs sur les dernières pages. Il lisait trois pages en faisant la queue pour acheter des tickets de cinéma. Et trois autres en faisant la queue pour le popcorn.

Mais que pouvait faire un lecteur compulsif pendant les moments frustrants quand ses mains n’étaient pas en mesure de tourner les pages, comme en conduisant pendant 3 heures pour traverser l’état du Maine ? La réponse était bien entendu d’écouter un livre audio. Et si les enfants se plaignaient… augmenter le volume jusqu’à ne plus les entendre. (rires)

Dans les années 90, les livres audio commercialisés n’étaient pas satisfaisant pour un type comme mon père. Pour garder des prix bas, il était nécessaire de faire tenir un livre sur seulement 2 cassettes, ce qui nécessitait les coupures les plus atroces. Du point de vue de mon père, c’était la différence entre obtenir un repas complet, un hamburger des frites et un coca, et n’obtenir que le papier gras qui emballe le hamburger. Pas vraiment attirant.

Il a découvert dans un catalogue une société qui proposait des livres audio non coupés. Ils n’avaient pas un grand catalogue mais ils en avaient assez, et comme vous le savez, assez c’est un festin. Mon père était en mesure de commander des livres audio de ses auteurs préférés : Steinbeck, Le Carré, John D. MacDonald…

Rapidement il s’est mis à commander des livres non pas pour qui les avait écrits, mais d’après qui les lisait. Il est tombé amoureux de certaines voix et commandaient des livres pour le simple plaisir d’écouter une autre histoire lue par Wolfram Kedesky ou Frank Muller.

Quand les livres enregistrés ne lui permettaient pas d’avoir une histoire qu’il voulait entendre, il avait une autre ressource. Ses enfants. Comme tous les enfants, nous avions des besoins financiers. Notre père a exploité notre cupidité pour développer sa bibliothèque de livres audio, nous payant pour lire des livres sur des cassettes. Je crois que notre salaire de départ était de 12 dollars les 60 minutes. Bien que sa meilleure lectrice, ma soeur Naomi, était une négociatrice sans pitié et a réussi à le faire monter jusqu’à 20 dollars par cassette.

[Owen King parle plus longuement de ce sujet dans cet article]

Il a eu les livres audio qu’il voulait et de manière imprévue mais bienheureuse, ses enfants ont appris à avoir confiance en leur pouvoir pour donner une voix aux histoires.

Le plaisir que mon père a pris à travers les cassettes qu’on a enregistrées pour lui et les livres qu’il a commandés a fait qu’il a voulu le meilleur les autres narrateurs de livres audio. Il a commencé à refuser que ses livres soit proposés en version coupée et a fait le forcing pour qu’ils soient proposés en version complète.

En publiant des versions complètes de ses livres, il a changé les attentes sur ce qu’un livre audio doit et peut être. Et il se trouve que de nombreux narrateurs voulaient le menu complet également. Bien entendu, mon père a adouci le débat en travaillant avec certains des meilleurs. Pendant des années, Frank Muller a prêté sa voix apaisante aux mots de Stephen King. Mon père a une fois fait la remarque que lorsqu’il écrivait une nouvelle histoire, il entendait la voix de Frank Muller la lui lire en retour, dans sa tête.

D’autres histoires ont pris vie par certains des meilleurs narrateurs qui se sont mis devant le micro. Kathy Bates, Ron McCarthy, Jessica Hecht, Oswalt Patton et d’autres.

Et pour ceux d’entre vous qui se demandent ce que ça ferait de trainer avec la famille King après le dîner, alors qu’on faisait tourner un livre, c’est assez facile de satisfaire votre curiosité. Mon père a lu plusieurs de ses propres histoires et ma mère a lu La maison de Maple Street pour une de ses nombreuses anthologies en livres audio.

Son amour pour le format lui a donné l’envie de publier certaines de ses histoires d’abord au format audio, convaincu que c’était la meilleure façon de les apprécier. Sentant qu’elles devaient racontées et entendues, plus que d’être lues.

Son amour pour les talentueux narrateurs qui ont donné vie aux livres est la raison pour laquelle, après que Frank Muller ait subit une opération du cerveau en 2001 et fut hospitalisé sans assurance, mon père a fondé la Wavedancer Foundation pour offrir des aides financières aux artistes qui souffrent de blessures et de problèmes graves personnels. (applaudissements)

La Wavedancer Foundation est devenue la Haven Foundation et est venue en aide à de nombreuses personnes, parce que, pour citer mon père, “il n’y en a jamais eu autant besoin”.

Après près de 5 décennies d’une évangélisation enthousiaste des livres audio, offrant sans cesse son soutien aux personnes qui rendent les livres audio possibles, et inspirant plusieurs centaines de milliers de personnes découvrant la joie d’écouter de bonnes histoires bien lues, c’est ce soir rendre justice que de lui donner ce Lifetime Achievement Award.

S’il vous plaît, applaudissez-le à nouveau. (applaudissements)

stephen king audie award

Au tour de Stephen King d’entrer en scène et de faire un petit discours :

Merci. Ça ferait une sacrée arme, non ? C’est lourd. (parlant de l’award qu’il a à la main)

Je ne vais pas prendre beaucoup de votre temps, vous pourriez écouter un livre audio à la place. Et Joe, je t’apporterai ton chèque. (rires)

Je voulais juste vous dire que, encore aujourd’hui George aurait pu prendre une voix grave, et je peux toujours l’entendre dans ses premières années dire “Si la cassette ne se joue pas, tapez-la doucement dans la paume de votre main. Si vous ne pouvez pas autrement, rembobinez-la et renvoyez-la nous et nous vous enverrons une autre cassette”.

C’était la vieille époque, et depuis l’audio a fait du chemin. Je voudrais juste dire une chose supplémentaire.

Les gens me demandent parfois si je lis mes livres, ce qui est une chose ridicule à dire puisque je sais ce qu’il s’y passe. Mais vous savez quoi ? Je les écoute tous. Parce que vous entendez tout ce que vous avez bien fait, et vous entendez tout ce que vous avez mal fait.

C’est la forme la plus honorable pour raconter des histoires et elle remonte aux débuts. Et j’ai des narrateurs que j’aime. Santino Fontana a fait un fantastique travail en lisant L’Institut, Holter Graham a lu Christine et je lui ai donné son premier travail d’acteur. On a traversé un tunnel ensemble, on en est ressortis recouverts de boue. C’était pour le film Maximum Overdrive et il est ce que le film avait de meilleur.

Merci beaucoup tout le monde !

Des livres audio de Stephen King ont déjà été récompensés par des Audie Awards :

  • 2002 : Talisman, écrit avec Peter Straub, lu par Frank Muller remporte le prix de la meilleure fiction
  • 2009 : Duma Key lu par John Slattery remporte le prix de la meilleure fiction
  • 2014 : Doctor Sleep lu par Will Patton remporte le prix de la meilleure fiction

En 2018, Stephen King a lui-même lu la version livre audio de sa nouvelle Élévation.

Laisser un commentaire