Si une série adaptant la jeunesse de Roland est bel et bien en préparation par Amazon Prime Studio, à l’origine l’adaptation La Tour Sombre devait comprendre également une trilogie au cinéma. Le premier film est bel et bien sorti en 2017 et en plus de décevoir une très grande majorité de fans, il n’a pas non plus conquis de public en dehors des connaisseurs de Stephen King. L’échec a été tel que le projet de trilogie a rapidement été abandonné et qu’on n’entend plus parler du film depuis. Le fiasco est d’autant plus grand qu’à peine deux mois après La Tour Sombre, une autre adaptation de Stephen King sortait et battait des records : Ça Chapitre 1.

ron howard idris elba la tour sombre

Dans une interview, le producteur Ron Howard a admis qu’il y avait eu des erreurs sur ce projet : “On aurait dû en faire de l’horreur. Je pense que cela a fini par devenir -dans nos esprits et dans celui du studio- du PG-13 et juste l’aventure d’un garçon… Je pense vraiment que nous avons commis une erreur, je pense que nous aurions pu faire quelque chose de plus sombre, plus dur, et en faire une étude du personnage du Pistolero plus que de Jake. Rétrospectivement, cela aurait été plus excitant. Nous avons toujours eu l’impression de retenir quelque chose et je pense qu’en fin de compte, c’est ce qui s’est passé.”

Honnêtement je ne suis pas certaine que de l’horreur soit la clé pour réussir correctement un film qui adapte La Tour Sombre mais “plus dur” me semble indispensable. Avec surtout un Roland moins paternaliste : le pistolero est à des années lumières du mec cool paternaliste du film incarné par Idris Elba.

En revanche, Ron Howard pense que cela aurait été une meilleure idée de commencer par une série TV. Eh oui Ron, c’est pas comme si tous les fans l’avaient dit ! La prochaine fois, écoute-nous !

“Une autre chose, nous aurions peut-être du simplement commencer par la télévision. C’est décevant parce que je me suis beaucoup investi dans ce projet, et parfois cela arrive dans des projets dans lesquels tout le monde a de bonnes intentions. Vous partez tous dans une direction, puis vous dites en quelque sorte ‘Était-ce la bonne direction ?’ Je ne dirai pas que tout n’était que compromis. Je pense qu’on s’est trop concentrés sur ce que le marché réclamait, et pas assez sur l’essence même de ce que Stephen King nous a offert.”

Tu l’as dit, Ron.

Laisser un commentaire