Le réalisateur légendaire John Carpenter devait à l’origine réaliser l’adaptation cinématographique de Charlie de Stephen King. Ça ne s’est finalement pas fait… Pourquoi ?

John Carpenter est connu pour avoir créé la franchise éternelle de slasher Halloween, ainsi que pour avoir réalisé l’excellent remake de 1982 de The Thing, un véritable classique de la science-fiction / horreur. Sa filmographie regorge d’œuvres formidables, dont la plupart n’étaient pas des succès au début mais qui se sont faits connaître grâce au bouche à oreille lors des sorties en VHS, comment souvent à l’époque (et comme Les Évadés).

En 1983, John Carpenter adaptait magistralement le roman Christine, de Stephen King. Le film a été à la fois un succès critique et commercial, ce qui pourrait logiquement amener certains à croire que c’est ce qui a conduit Carpenter à se voir offrir le poste de réalisateur de Charlie. Ce n’est en fait pas le cas car l’offre lui a été faite avant même qu’il ait terminé la production de The Thing.

Universal Pictures a distribué à la fois Charlie et The Thing, et probablement impressionnés par ce qu’ils voyaient, ils ont recruté Carpenter pour diriger le premier après le second. Carpenter a fait appel au scénariste Bill Lancaster – fils de Burt Lancaster – pour écrire un scénario qui a ensuite été approuvé par Stephen King. Quelques mois plus tard, un script révisé a été commandé par un nouvel auteur, et Richard Dreyfuss (Les Dents de la Mer) a été envisagé pour incarner Andy McGee. Malheureusement, tout s’est effondré lorsque The Thing est sorti en salles. Bien que le film soit aujourd’hui considéré comme un chef-d’œuvre, c’était loin d’être le cas au début.

Les critiques ont malmené The Thing, et les résultats du box-office ont été très mauvais, décevant Universal sur tous les fronts. La sortie du film E.T. quasi en même temps n’a sans doute pas aidé à de bons résultats… Selon les propres déclarations de Carpenter, il a été renvoyé du projet Charlie en représailles. Mark L. Lester a été recruté pour le remplacer et le résultat a été le film que l’on connaît aujourd’hui, avec la jeune Drew Barrymore.

Sachant que King avait une mauvaise opinion de ce film, le qualifiant de fade et sans saveur, et le comparant à de la « purée de pommes de terre de cafétéria », j’aurais été curieuse de voir une version de Carpenter parce que s’il y a une chose que les films de Carpenter ne sont pas, c’est fades.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire un commentaire !
Merci d'entrer votre nom