Dans une interview pour Vanity Fair, Stephen King a confié se sentir comme Jack Torrance (Shining) pendant son confinement, alors qu’il écrit un nouveau roman. Il a aussi détaillé chacune des novellas qui constituent le recueil If It Bleeds.

Dans Shining, la famille Torrance garde un hotel pendant l’hiver et c’est l’occasion idéale pour le père, Jack, d’essayer d’écrire son roman. La famille est confinée et Jack Torrance devient peu à peu fou : un sentiment que Stephen King semble partager alors qu’il est lui-même confiné dans sa résidence de Sarasota (Floride) avec Tabitha et Molly (son corgi), essayant de rester sain d’esprit alors qu’il écrit lui-aussi un nouveau roman :

“Je travaille sur un livre, donc le matin, j’oublie tout et je ne fais que ça. Je voulais du temps pour travailler sur un livre, et j’ai eu beaucoup de temps. Je me sens comme Jack Torrance, pour l’amour de Dieu.” (…) “Le nouveau livre, s’il se termine, sera en fait un roman. Mais beaucoup de mon travail ces derniers temps est soit trop court, soit trop long.”

Contrairement à Jack Torrance, King n’est pas encore devenu fou, mais il sait que l’ennui peut pousser n’importe qui au bord du gouffre. C’est une des raisons pour lesquelles If It Bleeds, son dernier recueil de novellas, a été publié avec deux semaines d’avance en anglais, le 21 avril 2020. If It Bleeds contient donc 4 histoires (attention légers spoilers) :

  • La première novella Mr. Harrigan’s Phone : “C’est une histoire d’EC Comics, c’est ce que c’est”, a déclaré King, se référant aux bandes dessinées d’horreur des années 50 qui l’a inspiré, lui et George Romero, à créer Creepshow dans les années 80. “Il y a des histoires de gars qui ont peur d’être enterrés vivants, et ils ont un téléphone dans leur cercueil ou leur crypte ou quelque chose comme ça. Ça joue avec cette idée.”
  • The Life of Chuck, sur un monde qui s’efface lentement, est en trois parties, raconté à l’envers. Il a une ambiance mélancolique plus qu’horrible qui a surpris King lui-même. “Il y a un sentiment qui est en quelque sorte réjouissant, d’une manière étrange.”
  • Le roman court If It Bleeds, du nom du recueil, est une suite à L’Outsider qui a été inspirée par un journaliste que King a toujours vu parler du pire. “Je suis en Floride en ce moment, et en regardant les nouvelles, ils sont vraiment dans l’état d’esprit que s’il y a du sang (if it bleeds), ça fait la Une (it leads). Ils ont toujours un gars – et c’est toujours le même gars – qui est aux accidents de voiture, et il est aux accidents d’avion, et il est aux fusillades. Je me suis dit, ça ne serait pas bizarre si un gars comme ça déclenche ces tragédies ? Puis je l’ai immédiatement connecté à L’Outsider, et j’ai finalement eu l’idée : Holly est parfaite pour ça.”
  • Enfin, il y a Rat, à propos d’un écrivain qui conclut une affaire impie pour figurer sur la liste des best-sellers. L’offre provient d’un rongeur qui visite l’écrivain, ou l’auteur pourrait simplement devenir fou. “Ce que j’ai aimé, c’est que c’est proche de Faust, mais c’est aussi assez drôle.”

Un format qui n’est pas sans rappeler celui de son recueil Différentes Saisons (1982) qui sortait du lot car les novellas n’étaient pas monnaie courante : “J’avais ces trois histoires, j’avais ‘Shawshank’ et j’avais ‘Stand by Me’ et j’avais ‘Un élève doué’. Je les ai envoyées à Alan Williams, qui était alors mon éditeur, et j’ai dit : ‘Que penserais-tu de les rassembler en un livre ? C’est différent, mais les histoires sont assez bonnes.’ Et il a dit : ‘Eh bien, s’il y en avait une autre, nous pourrions l’appeler Saisons, et ce serait génial s’il y avait une saison qui soit similaire à ce que tu fais.’ Je me suis dit alors que je pourrais appeler le livre Différentes Saisons, et les gens comprendraient que ce seraient des histoires indépendantes. J’avais une histoire [d’horreur] intitulée ‘La méthode de respiratoire’ et j’ai dit : ‘J’ai ça! Nous pourrions en faire quatre.'”

Alors qu’aux Etats-Unis plus qu’ailleurs cette pandémie est un mélange de Le Fléau, Dead Zone et The Mist (les gens se battent dans les supermarchés pour acheter de la nourriture), King n’aime évidemment pas voir que les pires choses qu’il puisse imaginer se réalisent. Il aurait préféré que cela reste du domaine de l’impossible. “C’est comme si, la pire chose qui puisse arriver dans ma carrière, c’est qu’en quelque sorte, dans notre société, nous nous retrouvions avec un mélange de Greg Stillson et du Fléau.”

Laisser un commentaire