Accueil King par les autres Interview de Ian Nathan, auteur de “Stephen King à l’Écran” aux éditions...

Interview de Ian Nathan, auteur de “Stephen King à l’Écran” aux éditions Bragelonne

Le 16 octobre 2019, les éditions Bragelonne publieront en français le livre “Stephen King à l’écran“. Écrit par Ian Nathan, cette rétrospective de toutes les adaptations de Stephen King sur petit et grand écran est un livre ambitieux de 224 pages illustrées par des photos parfois rares.

Un livre que j’ai eu la chance de feuilleter et que, faites moi confiance, tout fan de Stephen King se doit d’acquérir.

Le travail de Ian Nathan est colossal, il passe en revue toutes les adaptations des romans et nouvelles de Stephen King et nous livre pour chacune anecdotes et détails biographiques de King qui n’ont parfois jamais été publiés en français. L’auteur a accepté de répondre à mes questions.

Pouvez-vous vous présenter ?

Bien sûr. Vous devrez pardonner le fait que je sois anglais et que je vive à Londres. J’ai écrit sur le cinéma et, dans une moindre mesure, la télévision pendant près de trente ans (en débutant comme étudiant). Je suis l’ancien rédacteur en chef du magazine Empire, toujours l’un des plus grands magazines de cinéma au monde, où j’avais le meilleur travail au monde. Car je me suis adonné à ma passion en regardant des films, en interviewant des stars et des réalisateurs de cinéma et en visitant de nombreux plateaux de cinéma. C’est pourtant l’écriture que j’aime le plus : traduire cette expérience, cette émotion, en mots. Bien que j’écrive encore des articles (pour Empire et d’autres), je suis maintenant établi comme auteur et j’ai publié onze livres sur le monde du film (j’ai donc toujours le meilleur travail au monde), y compris Alien Vault, Tim Burton: The Filmmaker and His Films, The Coen Brothers, Anything You Can Imagine: Peter Jackson and the Making of Middle-earth. Comme vous pouvez le voir, j’aime les longs titres.

Quelle a été votre première rencontre avec Stephen King ? Livre ou adaptation ? Quelle histoire ?

Mon premier contact avec King a été en lisant Les Yeux du Dragon. J’avais environ dix ans à l’époque et j’étais à fond dans la fantasy, et voilà que ce célèbre mec venu de l’horreur qui entre dans mon monde. Je me devais de lui laisser sa chance. Pour ce qui est de ceux que vous pourriez considérer comme des classiques, des exemplaires bien fichus de Salem puis de Christine circulaient en classe. Depuis, Misery reste mon préféré. Le premier que j’ai regardé était la version télévisée de 1979 de Salem (qui m’a valu beaucoup de cauchemars) et au cinéma, Creepshow.

Est-ce qu’il y a des adaptations que vous préférez à l’histoire écrite ? Ou certains qui surpassent l’écrit de King ?

C’est une question difficile, car ce sont des médiums différents qui offrent des plaisirs différents. Mais je dirais que Carrie (1976), Shining (1981), Les Évadés, Stand by Me et Dolores Claiborne surpassent toutes leur roman source. Misery arrive ex-aequo. Dans chacun d’entre eux, ils ajoutent de l’émotion et de la profondeur émotionnelle au monde présenté par King. Avec Carrie, Sissy Spacek fait de ce personnage le sien. Avec Les Evadés, vous gagnez ce sens épique de l’usure du temps sur l’âme humaine. Avec Dolores Claiborne, la version brillante de Vera en colère par Judy Parfitt apporte à la vie amère tout le sens de la fraternité.

Quelle histoire aimeriez-vous voir adaptée et à l’inverse, quelle histoire faut-il éviter d’adapter à tout prix ?

Il y en a trois que je voudrais voir. Tout d’abord, Talisman, que King a écrit avec Peter Straub, pour son étendue. J’aimerais que quelqu’un porte à l’écran The Shotgunners, un scénario que King a écrit pour Sam Peckinpah, qui est décédé avant la production. Une grande partie de la pensée de King a ensuite été canalisée dans le roman de Richard Bachman, Les Régulateurs, mais j’aime beaucoup l’image de cette bande de fantômes vengeurs arrivant dans un bled non pas à cheval, mais dans une flotte de Cadillacs noirs. Enfin, j’aimerais vraiment voir une version du script Poltergeist que King a écrit et qui a été rejetée par Steven Spielberg. Ceux à éviter, à mon avis, sont les livres de La Tour Sombre – ils sont trop denses et complexes pour fonctionne autrement qu’en livre, comme l’a récemment prouvé la tentative de film. Pourtant, on ne sait jamais, une nouvelle série est en préparation et je serais ravi d’avoir tort.

Qu’est-ce qui vous a donné l’envie, vous a motivé à écrire ce livre ?

L’idée d’un livre comme celui-ci m’est venur quand j’ai interviewé le brillant scénariste William Goldman (Misery). Il faisait la promotion du peu glorieux Dreamcatcher, mais devint dithyrambique à propos de King en général. Il a fait valoir de manière absolument convaincante que King n’était pas du tout un écrivain d’horreur, mais un représentant de ce qu’il appelait le “folklore américain”. L’horreur était juste sa façon d’explorer la nature humaine souvent dans des petites villes américaines peuplées de gens ordinaires (mais loin d’être ennuyeux). Il a comparé King à Mark Twain, et je suis vraiment d’accord. Puis, au cours des dix dernières années, la qualité des adaptations de King a augmenté de façon spectaculaire. Une génération qui a grandi avec lui est maintenant devenue cinéaste et dirigeante de studio, et King est maintenant à juste titre vénéré comme l’un des plus grands écrivains américains. C’était le moment idéal pour entreprendre un voyage parmi toutes les adaptations jusqu’à présent, rechercher le folklore de Goldman, trouver les thèmes qui le lie, et parvenir à une conclusion quant à la raison pour laquelle il s’adapte si souvent.

Quelle a été votre méthode de travail ?

Il était difficile de trouver le temps de regarder les 85 adaptations existantes, d’autant plus que la plupart des séries télévisées ont plusieurs saisons. Et il y a trop de Les Enfants du Maïs. C’était un travail d’équilibriste : regarder des adaptations le matin puis faire des recherches, interviewer et écrire l’après-midi et le soir. Mais c’était amusant aussi – ce genre de quête insensée pour y arriver.

Avez-vous rencontré Stephen King ?

Non. C’est drôle : le livre parle des adaptations plutôt que des livres de King ou de lui directement. Évidemment, il a écrit un certain nombre de scripts (La Tempête du Siècle, Rose Red, etc.), mais j’utilisais les adaptations comme une lentille pour l’observer comme un phénomène, alors j’ai consacré toute mon énergie à parler aux cinéastes impliqués. Je cherchais le secret qui consistait à porter sa vision à l’écran, ce dont il n’a peut-être pas la réponse.

Avez-vous d’autres projets sur Stephen King ?

On verra. J’ai beaucoup vécu avec King ces derniers temps et j’ai besoin d’une pause. Mais seulement aujourd’hui, je regardais un second trailer incroyable pour Ça Chapitre 2 et je suis impatient de le voir. Je suis déjà en train de prendre des notes pour une deuxième édition de At The Movies, pour plus tard. J’ai en tête l’idée de lire tous ses livres d’une traite, puis d’écrire sur cette expérience. En attendant, j’ai d’autres livres à écrire.

Que pensez-vous de cette Renaissance Stephen King au cinéma et à la télévision ?

En un sens, c’est naturel. Tellement de nouveaux cinéastes, écrivains et directeurs de studio ont grandi en lisant King et en le considéraient comme un écrivain d’une importance singulière. Plutôt que d’exploiter son nom, ils veulent l’honorer en accordant les budgets et le soin créatif que chaque nouvelle adaptation nécessite. En outre, il reste pertinent. Il y a quelque chose d’archétypal dans son écriture qui parle à toutes les époques (c’est le folklore !). J’ai entendu qu’une nouvelle adaptation de Salem était en train d’être concoctée, et vous vous dites “oui, quel moment parfait pour une nouvelle interprétation d’une image classique de vampire”.

Selon vous, y a-t-il trop d’adaptations de Stephen King ?

La réponse est oui, mais seulement parce que trop d’entre elles ne sont pas à la hauteur. C’est un peu évident, mais les meilleures adaptations, celles qui ont surpassé les livres, ont été confiées à de grands cinéastes : Stanley Kubrick, Brian De Palma, David Cronenberg, George Romero, Rob Reiner, Frank Darabont et plus récemment Bridget Carpenter, Mike Flanagan et Andy Muschietti. Nous avons besoin de davantage d’adaptations de la part de grands cinéastes qui respectent le texte de King mais veulent ajouter leur propre touche.

Stephen King à l’écran“, traduit de l’anglais par Jean-Marc Lainé : publié le 16 octobre 2019, les éditions Bragelonne.

livre bragelonne stephen king ecran adaptations

AUCUN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire un commentaire !
Merci d'entrer votre nom