Auteur des romans de la saga Le Trône de Fer (entre autres) qui a donné naissance à la série Game of Thrones, l’auteur George R.R. Martin est un proche de Stephen King. Il a eu l’opportunité de lire (très) en avance son futur roman, L’Institut, et n’en a dit que du bien sur Twitter.

“Je viens de terminer le dernier roman de Stephen King, L’INSTITUT. Encore une fois, le King s’en sort. Je lis tous les jours, mais la plupart des livres je les lis lentement, un ou deux chapitres le soir. Ça ne marche pas avec les romans de Steve, ça n’a jamais marché. Dès que je commence un de ses livres, je suis condamné à le terminer…”

Les deux hommes se respectent et se connaissent bien et depuis longtemps. À la fin des années 70, ils se croisaient dans des conventions de science-fiction et de fantasy, et ils ont joué au poker ensemble. Ils ont même tenu une conversation publique en 2016 dans laquelle on a appris que Stephen King a commencé à lire Le Trône de Fer sur les conseils de Tabitha alors qu’il était tenu éveillé la nuit par des douleurs de sciatique. “Je n’arrivais pas à dormir la nuit à cause de la douleur et je me suis dit ‘allez je vais essayer un de ces putains de livre de George Martin ! On va voir ce que ça vaut’. Et ça m’a littéralement transporté – c’est ce qu’un livre est censé faire. Je n’avais pas réalisé à quel point ces livres pouvaient être des page turner (des livres qu’on dévore). Ces livres m’ont sauvé la vie mec, alors merci !

Depuis, Stephen King n’a eu de cesse de commenter (en bien !) la série Game of Thrones sur Twitter, notamment la dernière saison.

George R.R. Martin avait profité de leur conversation pour questionner Stephen King sur sa cadence d’écriture : “Mais comment écris-tu si vite, bordel ? J’ai eu une bonne période de six mois et j’en ai tiré trois chapitres, pendant ce temps tu as écrit trois livres !“. La réponse de King est toujours la même, car il s’impose le même rythme depuis toujours : écrire au minimum 6 pages par jour, 6 pages propres, ce qui représente 3 à 4h de travail. “Et tu sors à chaque fois les six pages ?“, a renchéri Martin. “Tu n’es jamais constipé ? Ça ne t’arrive jamais de te lever, de prendre ton courrier et de penser : ‘Peut-être que je n’ai aucun talent et que j’aurais dû devenir plombier’ ?“.

À propos de L’Institut de Stephen King

The Institute (L’Institut en vf) sortira le 10 septembre 2019 en anglais. Nous attendons encore la date de publication en français chez Albin Michel.

Si le site officiel parle de Charlie, moi ce que je vois surtout ce sont des enfants doués d’un pouvoir surnaturel mais qui leur est venu sans aide extérieure. On est donc beaucoup plus proche du shining que de Charlie. Surtout quand on sait le sort qui est réservé à ces enfants spéciaux dans La Tour Sombre ! D’ailleurs, voici deux autres raisons de penser que L’Institut sera lié à La Tour Sombre :

  • Ce le livre sort le 10/09/19… Ça fait beaucoup de 19, vous ne trouvez pas ? M’est avis que ce chiffre cosmique, mythique, et récurrent dans les œuvres de Stephen King, notamment dans La Tour Sombre, n’est pas un hasard.
  • On a déjà rencontré une Mme Sisgby dans un précédent roman de Stephen King. Dans Cœurs Perdus en Atlantide, elle est rapidement mentionnée et on sait d’elle qu’elle a des jumelles.

Résumé de L’Institut :

Au milieu de la nuit, dans une maison située dans une rue calme de la banlieue de Minneapolis, des intrus assassinent en silence les parents de Luke Ellis et le chargent dans un SUV noir. L’opération prend moins de deux minutes. Luke se réveillera à l’Institut dans une chambre qui ressemble à la sienne, sauf qu’il n’y a pas de fenêtres. Et derrière sa porte se trouvent d’autres portes, derrière lesquelles se trouvent d’autres enfants aux talents spéciaux – télékinésie et télépathie – qui sont arrivés dans cet endroit comme Luke: Kalisha, Nick, George, Iris et Avery Dixon âgé de 10 ans. Ils sont tous dans la Moitié Avant. Luke apprend que d’autres sont passés à la Moitié Arrière, ‘comme les motels crasseux’, dit Kalisha. “Vous y entrez, mais vous n’en repartez pas.’

Dans la plus sinistre des institutions, la directrice, Mme Sigsby, et son personnel s’emploient sans relâche à extraire de ces enfants la force de leurs dons extraordinaires. Il n’y a pas de scrupules ici. Si vous continuez, vous obtenez des jetons pour les distributeurs automatiques. Si vous ne le faites pas, la punition est brutale. Au fur et à mesure que chaque nouvelle victime disparaît dans la Moitié Arrière, Luke est de plus en plus désespéré pour sortir et obtenir de l’aide. Mais personne ne s’est jamais échappé de l’Institut.

Aussi terrifiant psychiquement que Charlie, et avec la puissance spectaculaire des enfants de ÇaThe Institute est l’histoire dramatique et saisissante du bien contre le mal de Stephen King dans un monde où les bons ne gagnent pas toujours.

Vous pouvez lire un extrait inédit de The Institute (en anglais) sur le site officiel de Stephen King.

Laisser un commentaire