Bangor, ville de 33 000 habitants du Maine, au Nord Est des États-Unis, est l’endroit où Stephen King a décidé de déposer ses bagages avec sa famille en 1979. Elle est aussi, comme le Maine dont King est natif, le théâtre de bien de ses histoires et la ville imaginaire de Derry que les fans du King connaissent bien est une copie assumée de Bangor. Mais pourquoi Stephen King a-t-il choisi Bangor ?

Stephen King devant sa maison Victorienne de Bangor, en 1982
Stephen King devant sa maison Victorienne de Bangor, en 1982

Il l’explique dans un essai de 1983, qu’il a lu à l’époque pour un événement que la ville organisait et que le Bangor Daily News vient de publier.

“Bien sûr nous sommes tombés amoureux de la maison dans laquelle nous vivons, et elle ne nous a jamais déçus. L’avons-nous déçue ? La déception n’est sans doute pas le bon mot. Je pense qu’elle a tentée de nous rejeter au début. Le petit salon était d’une froideur qui n’a aucun rapport avec la température. Le chat refusait d’entrer dans cette pièce, les enfants l’évitaient. Le plus grand de mes fils était persuadé qu’il y avait des fantômes dans les tourelles (cette idée était plus probablement causée par les Hardy Boyz (sorte de Chair de Poule, ndlr) que par l’influence parentale.)” Il faudra 8 mois à la famille King pour commencer à s’aventurer dans cette pièce… et pour que la maison les y accepte.

Moins rationnel, il explique aussi qu’à Bangor, il se sent “à la maison”. Sur les raisons du choix de ce quartier (West Broadway) de Bangor, King explique qu’ils étaient attirés par le style victorien des maisons, les arbres et l’aspect paisible de l’ensemble, l’école proche qui permettait aux enfants d’y aller à pieds.

Mais il a aussi choisi Bangor en fonction de ses projets d’écrivain, car King aime parler des villes américaines à taille humaine. “C’est autant le romancier que l’homme qui a voulu venir à Bangor. J’avais en tête un très long livre, un livre qui j’espérais pourrait traiter des mythes et des rêves et des histoires deviennent le quotidien d’une petite ville américaine.” A l’époque où Stephen King parle de ce projet de roman, il n’en est qu’au premier brouillon mais il s’agit bien de Ça, où l’effroi et la peur envahissent le quotidien d’une ville nommée Derry, très proche de Bangor par bien des aspects. Pour écrire Ça, il raconte d’ailleurs dans cet essai qu’il est allé chercher des livres sur l’histoire de Bangor à la bibliothèque…

 

Laisser un commentaire