Dans le monde des collectionneurs de livres, Gerald Winter est connu pour sa collection de livres de Stephen King : livres rares, manuscrits, souvent signés de l’auteur… Mais la quasi intégralité de sa collection a été dévastée par l’inondation de sa boutique Gerald Winters & Son Rare Books, à Bangor, dans le Maine.

Le sous-sol de "Gerald Winters & Son Rare Books" Gabor Degre | BDN
Le sous-sol de “Gerald Winters & Son Rare Books” Gabor Degre | BDN

Fan de Stephen King, il est venu de Thaïlande pour s’installer à Bangor, où réside l’auteur, avec un unique but en tête : ouvrir une boutique de livres rares spécialisée sur le maître du fantastique. Au fil des années, il avait accumulé une collection impressionnante, au point d’attirer l’attention de l’auteur qui lui a envoyé, il y a une semaine, une carte de vœux de King et sa femme !

Mais il y a quelques jours, une canalisation rompt dans la boutique et inonde rapidement le sous-sol, où Gerald avait exceptionnellement entreposé une grande partie de sa collection pour ré-organiser sa boutique. Le bilan est terrible : près de 2000 ouvrages rares ont été abîmés voire complètement détruits. S’il vient d’avoir des bonnes nouvelles car 6 de 7 manuscrits originaux sont finalement presque en bon état (grâce à leur protection plastique), la perte totale reste dramatique et il ne sait pas s’il pourra ré-ouvrir son magasin.

Si Gerald Winter a rapidement pris la parole auprès du Bangor Daily News : “C’est un désastre (…) On ne peut pas remplacer ce genre de choses.” ; Stephen King aussi s’est exprimé dans le journal : “Je suis horrifié. En tant qu’amoureux des livres je suis de tout cœur avec lui. Je verrai si je peux l’aider d’une quelconque façon.”

Et c’est ce qu’il a fait, puisque Stephen King a pris contact, via son assistante, avec Gerald Winter, et lui a proposé de faire une séance de dédicaces dans sa boutique. Si certains doutaient encore de sa générosité, voici une énième preuve.

Plus de détails à venir.

1 COMMENTAIRE

  1. J’ai visité cette boutique l’année dernière, par hasard – bien qu’on ne vienne jamais à Bangor “par hasard” quand on sait “qui” y habite. C’est triste, c’était vraiment super à voir, plein de belles éditions, d’objets insolites. J’imagine la déprime totale du mec. Malheureusement même Stephen King ne pourra pas y faire grand chose, ce type de perte ne se rachète pas, même avec l’argent de l’assurance…

Laisser un commentaire